En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

F. BOISROND

Je m'appelle Chloé Delaume. Je suis un personnage de fiction.

Par CATHERINE DUHTERIAN, publié le lundi 1 février 2016 13:40 - Mis à jour le lundi 1 février 2016 13:40

“ Je m’appelle Chloé Delaume. Je suis un personnage de fiction. Livre et vie s’entremêlent, mon Moi en trois parcelles, auteur, narratrice, héroïne. Je suis d’une trinité forcée de s’incarner, sous peine d’être expulsée par n’importe quel autrui. A cet instant j’affirme : j’écris ce que j’ai vu, ce qui est, ce qui doit arriver ensuite. J’écris et je m’écris, car je suis l’héroïne. Ainsi sera le pacte qui me lie avec l’ange tout autant qu’avec vous.”

                                

                                 Extrait d’une femme avec personne dedans de Chloé Delaume

 

 

L’oeuvre “ Penser à la campagne” de François Boisrond représente un visage où au-dessus se trouve un paysage campagnard avec un champs, un jardin et une maison. On peut voir un ciel au-dessus de la tête constitué d’un soleil, d’une lune et différents phénomènes météorologiques.

Ce paysage est encerclé de croix et de traits de craies. Le visage, lui, est représenté avec de gros traits noirs. Dans le jardin de couleur rouge se trouve différents petits dessins enfantins qui nous font penser à des dessins préhistoriques. Le champs représenté en jaune avec des raies bleus ( sûrement des lignes de terre) nous fait penser aux rayons du Soleil.

Le visage de l’homme à un air naïf, il semble penser ou rêver de sa vie. Sa pensée représente le paysage au-dessus de lui. Elle semble flou, en effet il ne pense pas aux petits détails tels que la météo, le moment de la journée…

Les couleurs sont primaires et les traits de l’oeuvre sont simples ce qui nous fait penser à un dessin enfantin.

Les contours du dessin sont indiqués par des croix et des traits en intervalles ce qui nous laisse penser qu’il est dans son monde.

Les passages en gras dans la phrase de Chloé Delaume nous font penser à ce tableau comme mon Moi en trois parcelles qui pourrait représenter les trois parties dans le tableau avec une spécificité de Chloé Delaume dans chacune de ces parties. De plus, lorsqu’elle dit

“ j’écris ce que j’ai vu, ce qui est ” elle peut aussi faire référence à ce tableau, ce serait peut être un endroit qu’elle a vu bien que ce ne soit pas elle qui l’ai peint !

Elsa