En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Sarkis

Petite biographie de Sarkis

Par Administrateur ARTOTHÈQUE, publié le mardi 2 décembre 2014 16:32 - Mis à jour le mardi 2 décembre 2014 16:54

Artiste français d’origine arménienne, Serkis Zabunyan, dit Sarkis, naît à Istanbul en Turquie en 1938.

Très tôt, il pratique la peinture qu’il complète par des études d’architecture intérieure à l’Académie des Beaux-Arts d’Istanbul. Il fait également ses études au Lycée Français Saint-Michel et obtient une licence à l’Université de Mimar Sinan.

Sarkis émigre en France et s'installe à Paris en 1964 où il vit et travaille depuis.

Il développe alors son oeuvre en fonction des moments et des lieux. Son travail prend ainsi des formes multiples par l’intégration de son, de musique et du théâtre.

En 1967, il remporte le prix de la biennale de Paris. La même année au Salon de Mai, Sarkis présente "Connaissez-vous Joseph Beuys?" référence à l'artiste qu'il considère comme le plus important de son époque.

En découvrant Joseph Beuys et l'Art Conceptuel, Sarkis se décide à réaliser des sculptures employant des matériaux industriels. La série des Black out (1974-77) ou Autopsie d’une peinture anonyme murale en face de la base sous-marine de Bordeaux (en 1976) inaugurent les deux pôles de son travail : détournements esthétiques et occupation théâtralisée des espaces. Sarkis s’engage alors dans une pratique reposant sur le détournement d’objets d’origines et d’époques variées qu’il organise sous forme d’installations, sorte "d’alchimie" de ses interprétations.
Les matériaux choisis, les effets de lumières plongent le spectateur dans son univers personnel.

Les productions de Sarkis, d’un profond humanisme, consistent en des mises en scène composées d’objets, sculptures, aquarelles, photographies, films, créés par l’artiste lui-même qui se nourrissent de références à l’histoire, la philosophie, les religions, les arts ou la géopolitique. Elles tentent en permanence de bâtir un pont entre les œuvres du passé et le monde contemporain. Qu’il s’agisse d'œuvres d’art, d'œuvres monumentales, de quartiers urbains, ce sont des lieux entiers qu’il investit dans des conditions sans cesse changeantes (matériaux, lumières et couleurs).