En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Sarkis

Travaux des 6°eme de Valence d'Albigeois Collège Eustache de Beaumarchais.

Par PERRINE GELGON, publié le dimanche 11 janvier 2015 18:36 - Mis à jour le dimanche 11 janvier 2015 18:36

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce vendredi matin (17 octobre) Hélène Lapeyrère (médiatrice du centre d'art contemporain « Le Lait ») est venue au Cdi présenter aux élèves de 6° B une œuvre de l'Artothèque dans le cadre du projet« Clou à clou».  Il s'agit d'une photographie de Sarkis datant de 1988, qui restera accrochée au collège jusqu'au 8 décembre.

Ces élèves se sont montrés particulièrement réceptifs et intéressés par la découverte de cette oeuvre ainsi que par l'échange qui s'en est suivi. Ils arrivaient du cours d'Arts plastiques où, avec Mme Gelgon, ils avaient réfléchi et travaillé sur l'idée de mise en scène d'un objet ou d'une création. Ce préalable les a placés d'emblée dans la même démarche que Sarkis et leur a permis de percevoir l'importance du hors-champ, de lalumière et du rapport d'échelle. Pendant la phase d'observation de la photographie de ces deux représentations de félins, les élèves ont d'abord essayé de comprendre dans quelle matière (différente pour chacune) les sculptures avaient été faites : métal, fer, bronze, autre alliage ? L'aspect lisse et brillant de la grande a été relevé. Ils ont appris que ces sculptures n'étaient pas de Sarkis mais que son œuvre avait consisté à les mettre en scène et à les photographier. Ensuite, ils ont trouvé pour chaque félin des qualificatifs ou adverbes :

Pour le plus grand dont on ne voit que les pattes avant et le poitrail, ils l'ont qualifié ainsi : royal, majestueux, sûr de lui, fier, viril, énorme, puissant, confiant, élégant.Quand au petit, ils ont proposé pour son attitude : prudent, méfiant, rusé, camouflé, furtif, craintif, en attaque.Est ensuite venu le moment de parler du rapport entre les deux. Les élèves en ont eu des perceptions différentes, certains voyant le grand comme un protecteur, d'autres évoquant plutôt son indifférence, voire l'aspect prédateur et menaçant pour le petit.

La question « Lequel voit-on le mieux ? » a rapidement amené les élèves à évoquer la lumière qui éclaire et fait briller le petit ce qui le met en valeur en dépit de sa taille 20 fois plus petite. Hélène Lapeyrère a alors parlé aux élèves de la notion de valeur et de symbole liés aux objets choisis qu'ils soient artistiques ou simplement chargés d'histoire. A ce sujet, elle a précisé en parlant de la démarche de Sarkis qu'il juxtaposait des objets ou des œuvres de différentes civilisations, de différentes époques. Par exemple, un ancien bouclier et un « Spiderman » en plastique.

Elle a ensuite parlé des origines turquo-arméniennes de l'artiste et dit quelques mots des relations troublées entre ces deux peuples. Elle a enfin lancé une piste de réflexion quels objets de notre époque pourrait-on associer à d'autres objets d'ailleurs ou d'avant pour évoquer un événement ou un problème contemporain ?

 

A la suite de cette rencontre les élèves ont été invités à choisir deux objets symboliques.

Un les représentant, et l'autre représentant leur famille.

Ils ont ensuite représenté ces objets sur une feuille de dessin. En choisissant la composition, et les techniques de mise en couleur, les élèves étaient amenés à donner du sens à la relation entre ces objets.

Voici trois travaux accompagnés des textes explicatifs rédigés par les élèves.